Partagez | 
C H E A T (Comité Hautement Et Absolument Terrifiant)
Spades
avatar

Messages :

2

Points de rp' :

10

Date d'inscription :

11/08/2016

Pseudonyme :

Althar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: C H E A T (Comité Hautement Et Absolument Terrifiant)   Jeu 11 Aoû - 20:25

Perso
Burakki
MON PERSO -- Je m'appelle Burakki... Enfin, je me suis attribué ce nom et j'ai plus de 4,6 milliards d'ans... Oui oui, plus, mais faites genre j'en ai 17. Je souhaite appartenir au groupe des Élèves en dépit de mon âge, problem ? J'habite à Academy. Je possède des pouvoirs élémentaires... Enfin... C'est compliqué ; je peux annuler toute chose. Purement et simplement. Ton pouvoir, ta respiration, l'existence de la planète, de l'oxygène, la faim dans le monde, la guerre, et le mot "chocolatine". Les options que j'ai choisies sont le grec et le latin. Ma petite tête est celle de Kumagawa.

IRL -- Moi, tu peux m'appeler Althar. Je suis âgé de 17 ans et je fais du rp depuis 4 ans. J'ai découvert le forum via Ange's qui roxxe (normal, c'est ma protégée) et je trouve qu'il roxxe. Normal, c'est celui de ma protégée et de sa meilleure amie.
Physique
Hein quoi ? Faut que je me décrive ? Pourquoi ? Vous pensez que j’suis ce genre de beau gosse, qui fait tomber toutes les filles ? Non, y a rien à voir, circulez s’il vous plaît. En plus, bande d’escrocs, si vous voulez me voir, il vous suffit juste de regarder un peu plus à gauche ! … Il vous en faut plus… ? Pire que des stalkeurs j’te jure…

Bon bouclons ce passage rapidement que je puisse retourner à divers jeux vidéos… Mais des jeux vidéos non-violents. Je ne voudrais pas faire partie de ces terroristes 2.0 ! Le pourrais-je seulement ? Non mais sans déconner, regardez-moi ce corps de lâche ! Il est tout maigre ! Enfin, tout svelte, il paraît que c’est plus politiquement correct. N’empêche que ça revient au même ! Il n’y a rien à en tirer, si ce n’est une petite, mais très petite pointe d’agilité… Pas que je sois complètement faible, hein ! Mais je manque cruellement de force pour un garçon de mon âge… En plus, j’suis complètement une brindille… Mon seul talent, c’est que j’suis tellement maigre qu’on a l’impression que mon corps se disloque quand je tends un peu trop mes membres… J’ai un corps de victime ! Non pire…

J’ai un VISAGE de victime ! Une putain de tête d’enfant ! Il est tout lisse ! Pas le moindre poil se profilant à l’horizon, pas la moindre ride, ni le moindre bouton… Certes, les boutons, c’est moche, mais là, c’est un peu frustrant de ne pas avoir de bouton de puberté au moins ! Enfin… C’est peut-être parce que j’ai paniqué en tombant sur un bouton et que je les ai tous effacés pour le restant de ma vie, mais… C’est pas de ma faute ! Quoi qu’il en soit, je suis condamné à garder ce corps… Bon, c’est pas si mal parce que du coup, je me fais passer pour BIEEEEEEEN plus jeune que je le suis en réalité… J’ai vu des choses, beaucoup de choses…

Il faut dire en même temps qu’avoir de grands yeux bleu nuit aide pas mal à voir des choses. Voilà, encore un autre souci… Mes yeux sont très grands… Et évoquent ceux d’un enfant. J’vous jure, à première vue, on jurerait qu’ils contiennent toute l’innocence du monde. C’est chiant. Alors… Il arrive, PARAIT-IL que mon visage peut être vraiment effrayant, car il respire justement l’innocence lorsque j’ai les yeux grands ouverts et que je souris, et qu’il contraste donc avec ma dangerosité… Je vois TRÈS MAL comment un visage plein de candeur apparente pourrait effrayer qui que ce soit, au moins aussi mal que ma dangerosité.

Sinon, à part ça… Bah, j’ai des cheveux noirs et courts. Enfin, tout dépend de ce que l’on appelle court, parce que comme tout le monde le sait, tout est relatif. Ceux-ci n’ont absolument aucune particularité et n’ont pas suffisamment de matière pour que je m’attarde dessus, hum… Mais il faut continuer de garder en haleine le lecteur, qui s’attend toujours à sourire devant les absurdités de cette description.

Bien, à présent que j’ai fait un paragraphe d’une taille respectable, passons à mon style vestimentaire ! Celui-ci est assez simple et sobre, il s’agit d’un uniforme tout ce qu’il y a de plus classique, noir, avec 7 boutons dorés au milieu pour le fermer, car le 7 est un chiffre maudit, et que j’aime les malédictions. Je le porte tout le temps. Ouaip, comme dans les animes et mangas. Parce que tout le monde sait que mon armoire en est remplie. Après tout, je suis un personnage de manga au même titre que ceux cités précédemment !

... Que dites-vous ? Vous m'auriez aperçu très fréquemment avec deux vis géantes ? Sûrement un effet de votre imagination. Jamais je ne me promènerais avec de pareils outils, voyons. D'ailleurs, ce souvenir de votre mémoire n'a jamais existé.
Caractère
Maintenant, c’est au tour de mon mental ? Vous n’abandonnez jamais. Qu’est-ce que ça va être après, vous allez vouloir savoir toute mon histoire ? … Pardon ? C’est la vérité ? Oh là là…

Bon… Là, j’vous avoue que j’suis pas motivé… J’ai la flemme… J’ai souvent la flemme. Lorsque quelque chose ne me motive pas vraiment, je n’y mets jamais tout mon cœur, et en résulte souvent des tâches bâclées. J’aime pas me forcer à faire ce que je n’aime pas… Mais parfois j’suis obligé, mais j’veux pas en même temps… Du coup, je fais en sorte d’en finir le plus vite possible. Enfin, cela dit, ça arrive vraiment très rarement, il n’est pas encore né celui qui se souviendra de m’avoir donné un ordre !

De toute façon, même lorsque j’essaie de faire les choses bien, ce n’est pas forcément bon signe… Je suis maladroit de base. D’une maladresse extrême. Mais vraiment extrême. Mes mains ne sont pas des mains, mais simplement deux pieds gauches. Sans exagérer ! Je fais tomber 50% des objets que l’on me donne, suis incapable de lancer droit, sans parler de tous ces accidents que j’occasionne dans ma vie de tous les jours… Mais on y reviendra plus tard.

Il est dit plus haut que mon visage exprime la candeur. C’est… Pas tout à fait justifié. Mais un peu quand même. Disons que, tout en étant au courant des crimes dans le monde, tout ça… Je saisis pas toujours les sous-entendus… On peut même dire que j’suis naïf. C’est pas moi qui le dis, ce sont les autres. D’une naïveté à faire pleurer, si l’on veut reprendre les termes exacts. Bon, à priori, je m’en fous. Mais il y a parfois où c’est vraiment chiant et où j’ai l’impression d’être un enfant pendant que des adultes discutent de choses sérieuses. C’est énervant. Enfin, en même temps, les discussions sérieuses, c’est pas trop mon truc. Rarement, j’ai de soudains éclairs de philosophie, où je pourrais engager un débat sur mes idéologies, et ce avec un certain skill, je dois dire, mais mis à part ces éveils… Nada. J’suis plutôt le type calme sur le côté qui ne veut pas se faire remarquer, mais qui le fait quand même malgré lui… Foutue maladresse…

Après, concernant mes relations avec les gens, c’est… Spécial… J’suis calme de prime abord. Normal, réflexe de défense face à l’inconnu tout ça. Après, ça mue lentement pour se transformer en… C’est difficile de trouver les mots pour ça… On ne sait pas vraiment en fait. Moi-même je ne le sais pas. De votre meilleur ami, je peux passer pour la pire des enflures, puis vous aider à remonter la pente, en vous insultant dans le dos… C’est le chaos. Je ne sais même pas comment je gère ça. Ce n’est que de l’instinct. Même si on me posait des questions, je ne saurais que répondre « Je sais ce que je fais. » Ce qui n’est pas tout à fait vrai… Mais pas tout à fait faux non plus. En résulte dans tous les cas une imprévisibilité qui ne plaira pas à tout le monde. Je suis très instable… Le meilleur pour ceux qui n’aiment pas prendre de risque reste de parvenir à se débarrasser de moi, ce qui n’est pas forcément chose aisée… Je me prends très vite au jeu des relations…

Tout cela signifie donc divers comportements. Car si le calme s’impose en premier, cela peut changer complètement… Je pourrais bien consumer votre être, et vous réduire à l’état de pantin rampant à mes pieds, supprimant votre résistance mentale, vos forces, et ce qui vous est cher… Comme je pourrais devenir votre meilleur allié le lendemain. Je peux donc en venir à des comportements violents, en effet… Mes vis géantes ne seront pas à leur premier coup d’essai pour ce qui est d’accrocher des gens au mur… Contentons-nous de dire que je suis une étrange bête qui dort, et se réveille totalement au random.

Et l’on en arrive à la partie la plus intéressante de ma description : le rapport à mon pouvoir. Il est simple : omniprésent. Peu importe comment, pourquoi, mon pouvoir est toujours activé. Je m’en sers tout le temps. Et c’est justement de là que viennent tous ces problèmes… 『All Fiction』 est un pouvoir très puissant. Et comme tout le monde le sait, un grand pouvoir implique de grandes responsabilités. Le souci justement, c’est que les responsabilités et moi font au moins quatre. En résulte des disparitions de ma chaise de cours, de ma table de cours, de l’herbe sous mes pieds, ainsi que de quelques planètes. C’est effectivement un très gros problème. Bon, évidemment, je ne fais pas disparaître tout ce que je touche, mais il m’arrive tout de même de faire disparaître plusieurs choses et notions… Sans faire exprès.
Histoire
Pouvez-vous comprendre une erreur de la nature ?
Une entité, quelque chose qui n’aurait jamais dû être, et qui ne sait semer que la désolation, la destruction, la disparition ?
Une création sortie du vide, une demi-vie. Une existence chimérique, venue d’on ne sait où.

Burakki le peut. Car Burakki l’a vécu. Burakki l’est. Burakki est une existence bien étrange, qui dépasse l’entendement. Il transcende tout genre, toute espèce.

A vrai dire, personne ne sait vraiment ce qu’il est. Lui-même encore moins. On ne lui connaît pas de date de naissance. Selon lui, il aurait toujours été là. Il n’a aucun souvenir d’une quelconque mère, ni d’un père. Ni de la moindre enfance. Seulement de lui tel qu’il est actuellement.

C’est bien étrange, n’est-ce pas ? C’est à se demander s’il possède réellement une histoire… Rassurez-vous, c’est bien le cas. Et quelle histoire, puisqu’il s’agit de l’Histoire.

Burakki n’a jamais vraiment eu bonne mémoire. Mais ses souvenirs remontent à une période où il n’avait alors aucun semblable. Il était le seul « humain » sur Terre. Il n’avait aucune idée de ce qu’il faisait là. Lui, et ses deux vis géantes. Il ne savait qu’une chose : il devait les garder. Elles étaient très importantes. Il s’y sentait complètement lié. C’est ce qu’il fit. Ce n’est pas comme s’il avait vraiment de crainte, en réalité. Il se contentait de vivre, purement et simplement. De fruits, de ce qu’il trouvait comestible. Et quand bien même il ne trouvait pas de quoi se nourrir, il supprimait sa faim. Ce qui avait dénoté à l’avance, c’était qu’il avait déjà un bon nombre de connaissances… Qu’il n’était pas vraiment censé avoir. Pourquoi ces dates, ces personnes, ces notions lui disaient quelque chose ? Ces interrogations ne l’ont que très peu embêtés, les ayant effacés de sa tête. Ainsi, il vivait dans l’insouciance la plus totale. Entouré de divers animaux. Ayant vu les dinosaures. Les mammouths. Les mégalodons. Et divers gargantuesques animaux. Et lui au milieu de tout cela, profitait des divers spectacles. Il n’a jamais ressenti le moindre ennui, ni la moindre lassitude. C’était le pur contentement du peu qu’il possédait.

Des millions, et des millions d’années plus tard, les premiers hommes apparurent. Mais il s’agissait encore d’une autre espèce, clairement sous-développée. Ils ne savaient ni parler, ni écrire. Burakki avait été bien surpris de les rencontrer. Mais il déchanta rapidement. Il était loin d’être un bon instructeur, et n’avait aucune idée de comment s’y prendre. Il se remit donc à « profiter » de ce qu’il avait. Ignorant les hommes. Il avait déjà des millions d’années derrière lui, sa patience n’était donc pas à remettre en cause. Malgré tout… Il était intrigué. Au plus profond de lui, il savait qu’ils viendraient. A présent qu’ils étaient là, cela lui semblait parfaitement clair. Et pourtant, ces hommes-là l’intriguaient. Comme s’il leur manquait quelque chose…

Le temps passa encore. Burakki connaissait le monde comme sa poche. C’est que des milliards d’années sont suffisamment longues pour permettre plusieurs tours du monde. Les hommes avaient évolués. Il y avait de la réflexion, des peuples, des sentiments, de l’émotion. Bref, de l’humanité. Nous étions vers les années -3000, moment de l’Histoire vers lequel l’écriture se mettait doucement en place. Mais Burakki ne s’était pas senti concerné par cette évolution. Une étrange force le sommait de ne pas intervenir. Il se cachait donc des hommes, du peuple. Oh, cela ne signifiait pas qu’il n’en savait rien : il avait eu tout le temps d’apprendre différentes langues selon la région dans laquelle il se trouvait. En écoutant. Échangeant, mais rarement comme dit précédemment. En effet, dire qu’il se cachait des hommes est presque tout à fait vrai. Il lui arrivait de rencontrer quelqu’un, et d’échanger avec. Bien que ces gens eussent une réflexion plus poussée que les hommes de Neandertal, Burakki en venait toujours à ce constat : il n’avait rien à apprendre d’eux. Il ne les trouvait pas intéressant. Ils étaient moins intelligents que lui. Néanmoins, il continuait, sans que sa volonté ne vacille.

Burakki vécut ainsi l’Histoire… A chacun des grands événements qui secouaient le monde, il avait cette impression de déjà-vu. Il savait que cela allait arriver. Mais pourquoi ? Pourquoi possédait-il autant de connaissances ? Pourquoi avait-il cette impression de connaître tout sur tout ? Ces questions, bien qu’il les effaçât lorsqu’elles devenaient trop lourdes, revenaient sans cesse. Il vécut ainsi dans cette tourmente… Bien que son caractère s’adaptait au fil des époques, il restait le même, au fond. Une boule instable, à cause de multiples questions, et ce grand vide qui le hante… Il vécut, vécut, dépassa la date de nos jours… Dépassa le XXIIIème siècle, le troisième millénaire… Il vécut sept milliards d’années. Sept milliards, avant que ces questions ne finissent par le ronger de l’intérieur. Trop. C’était bien trop pour quelqu’un avec une telle contenance. Ainsi, il devint fou. Ainsi, ses pouvoirs devinrent incontrôlables. Ainsi, s’effaça le temps. Passé, présent futur.

Burakki n’a jamais vraiment eu bonne mémoire. Mais ses souvenirs remontent à une période où il n’avait alors aucun semblable. Il était le seul « humain » sur Terre.
Revenir en haut Aller en bas
Spades
avatar

Messages :

2

Points de rp' :

10

Date d'inscription :

11/08/2016

Pseudonyme :

Althar
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: C H E A T (Comité Hautement Et Absolument Terrifiant)   Sam 24 Sep - 0:44

Yooooo. J'ai fini. Bon, du coup, je sais que l'histoire est carrément spéciale, du coup, si vous avez des questions, go m'les poser. J'ai essayé d'faire un truc (plus ou moins) implicite, tout ça, donc...
Revenir en haut Aller en bas
Spades
avatar

Messages :

9

Points de rp' :

54

Date d'inscription :

24/06/2016

Age :

17

Pseudonyme :

Yukionna & Eerie Ange's

Avatar :

Kuroko Tetsuya de Kuroko no Basuke
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: C H E A T (Comité Hautement Et Absolument Terrifiant)   Sam 24 Sep - 7:59

Bon bah ça m'a l'air en règle tout ça !
(Tkt elle est bien ton histoire wesh)
Du coup bah voilà t'es validé tu peux aller rp maintenant o/
Bienvenue chez les Spades !
Tu es dans la Chambre 1, avec Augusto G. Dellucci et Stéphane Rubis !

___________________________________________________________________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: C H E A T (Comité Hautement Et Absolument Terrifiant)   

Revenir en haut Aller en bas
C H E A T (Comité Hautement Et Absolument Terrifiant)
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lettre Comité Démocratique en Argentine À Michèle Pierre-Louis
» Mandats pour la Grande Loterie du Comité des Fêtes
» Demande d'entrevue avec quelqu'un du comité des fêtes....
» Constitution; La Fusion de Victor Benoit prend le devant.
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour

The Roses' Rebirth :: Hors Rp
Hors Rp'
 :: 
Présentations
 :: Finies